logoillustrationlogo

Le Dernier Sabotier de Franche Comté

Sabotier, Tourneur, Sculpteur sur Bois

Un peu d‘histoire

La 1ère Génération

Le métier de sabotier était déjà exercé par mon Arrière-Grand-Père qui était aussi charron, forgeron et maréchal ferrant. Il n‘avait pas encore d‘atelier à proprement parler, son banc de fabrication de sabots était installé dans la cuisine de la maison familiale.

milieu du XXe sciècle :le port des sabots était encore d‘actualité

À cette époque, les chaussures que nous connaissons aujourd‘hui ne s‘étaient pas encore démocratisées, tout le monde ou presque, portait quotidiennement voire « continuellement » des sabots.

Le casse-croûte des ramuneurs en sabots

La 2e Génération

Pour lui succéder, mon Grand-Père, qui n‘était pas forgeron, mais garde-pêche et aussi un des meilleurs pêcheurs à la mouche de la région, a acquis les deux machines à faire les sabots. Il les a d‘abord installées dans l‘ancienne forge. C‘est en 1945 qu‘il a construit notre premier atelier pour pouvoir donner plus d‘ampleur à cette production.

L‘atelier a ensuite été agrandi dans les années 60 par mon père qui a étendu la production aux « sabots souvenirs et décoratifs » de plus petite taille.

Mon Père ayant pris sa retraite, j‘ai repris l‘activité en 1991. Je suis de la 4e génération de sabotier à Ney et le dernier de Franche Comté, qui soit encore en activité.

Le travail actuel

Pour ma part j‘ai adopté des outils actuels pour mes sculptures animalières, puis un tour à bois et ses accessoires pour tourner d‘autres objets. Tous les objets que je vend sont produits artisanalement dans mon atelier.

Dans notre région ce sont le  Tilleul et le Bouleau qui conviennent le mieux pour faire les sabots à chausser. Ce sont des bois légers, chauds et qui ne fendent pas trop en séchant. Ceux-ci sont toujours locaux. Je les achète sur pied et c‘est moi-même qui vais les couper en forêt locale.

Après l‘abattage en forêt et le transport à l‘atelier, je façonne les ébauches de mes sabots dans du bois vert. Ces dernières nécessitent un un séchage de plusieurs mois selon la saison ou la fabrication en cours. Ensuite seulement, vient la finition des sabots.

Si vous passez visiter mon atelier

De même pour mes sculptures, j‘emploie aussi des essences locales : la Charmille rouge, le Frêne, le Tilleul, etc.

Je réalise principalement des tirelires, des porte-bouteille, des coffres à bouteille dédiés aux Vins du Jura, des porte-crayons, des porte-cure-dents, des écuelles (assiettes en bois), des coupes de diverses dimensions, etc.

Certains objets peuvent être vendus en finition brute pour y peindre ou y graver des décorations personnelles, exemple : les toupies que les enfants pourront décorer à leur guise…

Localisation de mon atelier

Localiser de mon atelier

Mes coordonnées GPS

Longitude : 5°53'15.49"E
Latitude : 46°44'10.76"N

(Source Google Earth)

Vous êtes en bas de la page d’accueil.

Créé le 12 Février 2012. Mise à jour : 6 juin 2017